Femme à bite


© Lynda Benglis‘ iconic image as featured in the November 1974 issue of Artforum

Je suis une femme à bite mais pas tout à fait car ma bite n’est plus opérationnelle du fait de l’Androcur®.

Après le début de transition, je suis restée avec ma compagne (nous sommes mariées) et elle est restée avec moi.
Le point le plus important est qu’il y a beaucoup d’amour entre nous et que c’est la raison qui fait qu’on a pas envie que ça s’arrête pour une « bête histoire de transition », qui au passage devient aussi une transition pour nous deux au niveau de notre orientation sexuelle. Nous devenons lesbiennes sans l’avoir vraiment envisagé. Socialement, ça pèse son poids aussi.

La sexualité à pris une part moins importante dans nos vies mais nous faisons des efforts pour alimenter le désir et créer des occasions de nous retrouver sur le plan sexuel.
Nous avons acheté des gadgets : vibro, strap-on dildo (indispensable!) chez DollHouse « Jeux de filles », 24 rue du Roi de Sicile, 75004 Paris. Un gode bien fait, ça remplace la bite et même avantageusement car les formes de dildo sont mieux foutues qu’une bite pour titiller le G-Spot ! (ça relativise l’importance du phallus/pénis essentialiste Lacanien ! La culture dépasse la nature en l’occurence !)

Je suis passée d’une libido complètement envahissante à une attirance pour la douceur et les caresses. Evidemment, au dela de mon changement d’apparence, ma copine (de jeux, … pas de cheval) ne s’y retrouve pas toujours dans ce changement d’attitude, elle qui aimait justement mon côté débridé et « fou-fou » du sexe.
On passe dons par une phase « pertes et profits ». Il faut savoir reconnaître les deux et ne pas sous estimer ce que le ou la partenaire peut regretter.

Aller avec des hommes ne me tente pas pour le moment, mais c’est une expérience envisageable si je peux le réaliser en complicité avec celle que j’aime.
J’accepterais la même chose de son côté, si elle en éprouve le besoin.

Avant une SRS, je compte, avec suivi de l’endocrino, arrêter l’Androcur pour voir ce qui se passe, voir si je supporterai mieux les érections et la pénétration qui m’étaient devenues pénibles. Si cette expérience me montre que je le supporte bien, et qu’il me suffit d’être socialement une femme, pourquoi pas en effet rester “une femme à bite” qui pour le moment est la forme qui séduit le plus ma compagne ! (Pas moi pour l’instant)

Wait and see.

Bises

Publicités

3 réflexions au sujet de « Femme à bite »

  1. Ce personnage n’est qu’un travesti qui fantasme dans ses délires. Une femme à bite cela n’existe pas, Ce n’est qu’un homme qui s’hormone mais qui ne fait pas et ne fera jamais une transition. Car pour faire une transition il faut se faire opérer pour faire un changement de sexe. Quand on voit ce genre d’olibrius qui ose demander un changement d’état civil, c’est à vomir. Ce n’est que du transgendérisme ou travgenderisme ( d’ou le rejet vicéral que je fait du mot « transsexuel(le)s » qui à cette connotation « sexuelle », ce qui n’a rien à voir avec la transidentité. Heureusement que les lois françaises nous protèges de ces déviances pornographiques dans le genre et l’identité. malheureusement les LGBT soutiennent ces tristes personnages.

    Lysebeth

  2. eh oh Lysebeth, tu as bien été un homme à bite pendant 60 ans, tu ne vas pas venir nous faire des leçons d’anatomie quand même ? Il parait que « Lysebeth va mieux et porte désormais des talons aiguille, des bagues à chaque doigt, se maquille et teint ses cheveux longs. » (dans Sud Ouest le 2 mai 2011) Ah ça oui, heureusement qu’il y a des vraiment vraies femmes comme toi pour nous montrer la voie de la transchose. C’est limpide !!! Ou encore dans le même article de journal : « Je ne me sentais ni un homme, ni une femme, ni un homosexuel. » Mais qui c’est qui fait encore des amalgames idiots ? C’est-y pas notre chère petite fachote transsexuée ? Notre parachutiste presque repentie ? (oh pardon, je crois que je me suis emportée, je suis tellement confuse, mais c’est la faute de cette petite nazillonne perverse, je le jure sur la tête de la Marine à son papa, c’est elle qui a commencé, elle a traité ma copine !)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s