L’hermaphrodisme déculpabilisant ?

"Pardon d'exister".

(13 juin 2010)

Je voudrais faire part d’une petite « expérience » personnelle dont le résultat m’a semblé intéressant.

J’ignore s’il y a sur ce blog des personnes intersexes ou hermaphrodites, mais si c’est le cas, un questionnement me revient souvent: La culpabilité de faire une transition induite par la notion de choix est elle édulcorée par le fait de naître naturellement hermaphrodite?

Je me suis souvent interrogée sur ce très bizarre sentiment de culpabilité que j’ai éprouvé au début de ma transition. (Et que j’éprouve inconsciemment encore parfois).

J’ai longtemps supposé qu’il venait du fait que je me voyais « faire du mal », d’une certaine façon, à mes proches… de faire pleurer ma mère, de rencontrer toute cette hostilité et cette incompréhension autour de soi dans un premier temps… de se mettre en porte-à-faux avec les principes religieux que beaucoup tiennent comme référence absolue de la « moralité » et donc du « bien » tel que la société l’attend… Par causalité, on en arrive parfois à penser qu’on fait quelque chose de « mal » dont il faut s’excuser, et dont il faut absolument se « justifier » au maximum pour espérer être simplement tolérée au mieux.

Et de quoi devrait on avoir à se justifier sinon d’un choix ?

J’ai souvent tenté d’essayer (peut être un peu hypocritement) de gommer cette notion de « choix » en ce qui concerne ma transition. Sans doute à cause de ce côté véritablement irrépressible ; de la difficulté que j’avais à réprimer cette féminité qui revenait toujours invariablement plus fort, plus vite, et plus « incontrôlable ».

Pourtant, ma transition, n’a bel et bien été qu’une série de choix.

Avec en 1er lieu le choix d’assumer mon identité.

Et partant de là, chaque fois que quelqu’un m’interrogeait sur le sujet de façon un peu agressive, je répondais sur le ton de l’excuse et de la justification… Partant dans des explications variées à peine écoutées par mes interlocuteurs qui n’avaient semble-t’il pour but de trouver des failles dans mes démonstrations, puisque je me posais en « victime ».

(Depuis que je vis full time que je lis des livres, des blogs, des articles et des forums, les choses ont heureusement changé, car il est devenu plus simple de démonter le raisonnement de mes interlocuteurs avec les raisonnements clairs qu’il m’a été donné d’apprendre à exposer à des tiers via ces différents médias utiles – et l’acquisition graduelle d’une certaine confiance en soi aide beaucoup aussi.)

Un jour, dans un bar un habitué qui m’a vu « avant » et « après » transition commence à me brancher en me demandant des explications de « pourquoi je fais ça ?» sur un ton clairement teinté de reproche.

Trop fatiguée pour discuter ce jour là.

Pas envie de jouer avec lui.

(En plus c’était visiblement un abruti notoire qui n’aurait de toute façon même pas percuté aux vannes et explications que je lui aurai balancées – trop subtiles pour son petit cerf-volant …)

Je lui ai donc simplement dit que j’étais née hermaphrodite, (ce qui est faux ; je le suis devenue suite à un choix de ma part) et que je m’habillais simplement en fonction de mon humeur.

Ça lui a cloué le bec direct, et il est allé se rassoir, après s’être presque excusé.

Il connaissait apparemment ce mot et sa signification.

Une personne née hermaphrodite ou intersexe n’a RIEN choisi de son apparence physique : Elle est née comme ça physiquement, et je me demande souvent si les personnes hermaphrodites de naissance ressentent effectivement moins ce sentiment de culpabilité qui pousse les personnes catégorisées « transgenre » « transidentitaires » ou « transsexuelles » à généralement s’excuser du choix de changer de sexe (ou du genre ou des codes vestimentaires sensés en découler), puisque ces paramètres génitaux ou caryotypes étaient déjà ambigus physiquement à la naissance ?

A travers cette expérience, j’ai eu l’impression que le fait de me prétendre hermaphrodite de naissance légitimait soudainement l’intégralité de mon attitude qui, autrement, aurait nécessité beaucoup plus d’explications pénibles et vaines.

Quant on est à la fois un homme et une femme (et de par le fait peut être aucun des deux) il me semble que quel que soit le genre dans lequel on s’inscrive, on sera plus légitime pour prouver qu’on a forcément raison (& à la fois forcément tord) de s’approprier tel ou tel genre. Alors que quand on est à la base un « homme » et qu’on choisit de changer pour devenir une « femme », les moins ouverts focaliseront uniquement sur le fait qu’on est supposées être obligatoirement illégitimes dans cette démarche. (On a donc juste le « forcément tord », mais sans le « forcément raison » qui contrebalance et annule).

Je vous fournis donc ce petit truc qui – même si ce n’est qu’un mensonge (de plus) – permet peut être d’éviter bien des discussions désobligeantes aux tristes comptoirs des bistrots.

(De rien).

😉

Publicités

5 réflexions au sujet de « L’hermaphrodisme déculpabilisant ? »

  1. merci pour cette juste reflexion… Je l’ai aussi abordée sous un angle un peu différent dans « le complexe de l’hippopodame » (https://cestmongenre.wordpress.com/2012/01/12/le-complexe-de-lhippopotame-echo-es-tu-la/). Pour ma part je ne ressens pas vraiment de différence entre moi et une personne officiellement intersexuée, même si j’ai longtemps été perturbée de ne voir aucune preuve de mon ressenti dans mon anatomie ou les recoins cachés de ma biologie. Maintenant je m’en fiche, et ça ne me choquerait pas d’être définie comme ça ! Et puis pour ce qui est des choix volontaires que nous faisons dans notre parcours de vie, ils ne changent en rien les ressentis « subis » qui font ce que nous sommes. Libre à nous (comme n’importe quelle personne intersexuée) d’en tirer des conséquences hormono/chirurgicales ou non… La différence principale que je vois quand même, c’est la transition médicale forcée qu’on fait subir à la naissance à beaucoup de bébés intersexes et dont ils souffriront injustement toute leur vie, ce qui n’est pas exactement notre cas qui ne subissons « que » la pression sociale d’un genre subi.

    • Je viens juste de lire ton texte “le complexe de l’hippopodame” Coline, et je te remercie de m’en avoir indiqué le lien.
      Félicitations pour la justesse de ton approche et la finesse de tes raisonnements: Ton billet est vraiment excellent!

      bisous!
      😉

  2. Vraiment bien écrit 🙂

    Ton expérience est intéressante. Ce que tu en as retiré est très judicieux et peut être très utile pour pas mal de personnes en effet 😉

    Je plaisante à moitié mais tu devrais faire un petit guide pratique pour les personnes concernées. J’espère que cela n’est pas mal vu, c’est juste une proposition de ma part 😉 Ou alors, si ce n’est pas un guide pratique, un truc du genre un essai qui rassemble les arguments les plus pertinents pour que les questions culpabilisantes des gens se retournent contre elles-mêmes de manière gentille et saine 🙂

    • Coucou Mary! Merci pour ce petit mot sympa! 🙂
      Je t’avoue que pour l’instant, je ne me sens pas suffisamment légitime ni impliquée pour écrire le moindre guide sur quoi que ce soit, (ni sur ce sujet ni sur un autre)…
      Je suis donc contente que tu plaisantasses à moitié en m’en émettant la possibilité. ^^
      Je me hasarde à rapporter quelques unes de mes petites réflexions personnelles (très perfectibles) à travers les billets que je poste (ou re-poste) ici et là – à chacun(e) d’y prendre ou d’y laisser ce qui lui semble bon ou mauvais, et c’est déjà une façon de rassembler mes arguments (d’hier ou d’aujourd’hui) qui me semblent (ou m’ont semblé) pertinents… 😉
      Voila… Merci pour cette idée en tout cas.
      bisous!
      😉

      Bisous 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s