Je désire moins être une femme que cesser d’être un homme


© Culturisme

Devenir femme, pour moi, c’est d’abord lâcher prise. C’est cesser d’être un homme, donc me « ranger des voitures », arrêter les conneries consistant à dépenser de l’énergie pour ressembler à un homme convenable (j’ai pas trouvé), arrêter de vouloir occuper et défendre un territoire (j’ai jamais été geek de musique, de voitures, de sport, de collections de machins de tout sorte). C’est pour ça que ça m’énerve autant de retrouver ces manies chez les femmes trans. Passer de geek de jazz à geek du dosage hormonal ça m’emmerde. Et aussi les bagarres de territoire afférentes à ces geekeries.
Moi la cause de ma transidentité je la trouve d’abord dans un rejet de la masculinité (donc de John Coltrane on est bien d’accord). Le masculin m’emmerde, m’ennuie, m’embarrasse. Pas trouvé de modèle masculin convenable. Par contre des modèles féminins j’en ai plein.
Et puis je me sens mieux en femme avec mes 1m63. Mais comme on peut être trans et faire 2m et chausser du 46 je sais que ce n’est pas pour tout le monde comme pour moi.
Bon c’est peut-être étrange de donner ces raisons comme cause de ma transidentité, alors je veux bien admettre que je ne connais pas la cause, pas toutes les causes, et que ce rejet du masculin et ma petite taille ne peuvent suffire à expliquer ce truc débile : “en femme je vais mieux”. C’est juste un constat qui m’étonne toujours autant, car vraiment, comment peut-on aller mieux en étant une femme en France en 2012 ? je suis incapable de l’expliquer.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Je désire moins être une femme que cesser d’être un homme »

  1. Peut-être que, finalement, si on n’était pas « obligé » de se comporter en « homme » quand on est un homme, et qu’on était respecté dans notre ressenti d’homme féminin, nous serions pas obligées de « transiter » ? Tiens donc, il me semble avoir déjà entendu un discours qui voulait dire à peu près la même chose !!! Mais où çà ???

    • @Grenadine37 : mon propre cheminement contredit cette affirmation, mais je ne voudrais pas paraître maniaco-oppressive ! https://cestmongenre.wordpress.com/2012/02/01/moi-ma-vie-mon-sexe-mon-genre/
      j’ai pris mon courage à deux pieds et j’ai constaté – avec surprise en fait – que personne ne m’obligeait à me comporter « en homme » ou à m’habiller « en homme » sous prétexte que j’étais soi disant « un homme ». Un homme féminin, ça ne fait ni chaud ni froid à la plupart des gens, y compris à Pôle emploi, à mon travail, à la mairie, à la préfecture, chez le coiffeur, chez le médecin, à la boulangerie. Au pire il m’est arrivé bien souvent d’être appelée par mégarde « madame » sur simple jugement de mon apparence atypique. Mais est-ce vraiment très grave ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s