les joies de ma « sortie du placard » : échanges et réactions #3

TROISIÈME PARTIE : Comment annoncer sa transition à ses amis dans une petite ville de 16000 habitants où on a passé 6 ans… ? Angoisses et libération !

À la faveur de la venue d’un ami à Paris que j’ai été « contrainte » d’informer de ma « féminitude » nouvelle pour le voir, j’ai envoyé sans préméditation un petit message à tous mes proches abandonnés lâchement dans la petite ville de province où j’ai passé ces dernières années avant de venir m’installer à Paris…

Chers amis de ***,

J’espère que vous allez tous très très bien dans vos vies respectives !

Voilà bien longtemps que je n’ai pas remis les pieds au ***, au *** ou à ***, et bavardé avec vous près d’une cheminée ou en se réchauffant tant bien que mal de verre en verre… J’avoue que ça me manque un peu de ne pas vous retrouver dans vos salons, vos jardins, dans nos bars favoris, le soir après le boulot, ou le samedi en fin de marché, mais je mentirais si je vous disais que je regrettais mon exil volontaire vers la belle vie parisienne et les bras doux de *** !

Enfin j’aurais bien prévu quand même un petit passage à *** à l’occasion pour vous revoir un peu puisqu’il semble que vous vous soyez mis d’accord pour boycotter Paris, sauf *** qui est gentil, lui. Mais j’ai un petit quelque chose étrange tout autant que bizarre qui me gêne aux entournures avant de revenir me déhancher avec vous à ***.

Donc je ne vais pas vous faire languir trop longtemps, je sens que je vais pouvoir nourrir les potins *** pendant au moins un bon semestre… En guise de nouvelles, il y a surtout une nouvelle : c’est moi ! Une grande nouvelle même, devrais-je dire. Contrairement aux apparences passées, je suis donc une fille, et c’est devenu un peu plus visible aujourd’hui (si si je vous assure)… Comme on ne s’est pas vus depuis un petit moment, j’imagine que c’est peut-être dur à visualiser, même si mon apparence depuis deux ans était progressivement devenue suffisamment androgyne pour qu’il soit difficile de ne pas le remarquer. Ce qui est certain c’est que j’ai encore un peu changé depuis l’été dernier ! Bref, tout ça pour dire que j’ai décidé – enfin – de ne plus cacher ce que je ressentais depuis longtemps sans trop savoir quoi en faire. Je me sens aujourd’hui mieux que jamais, heureuse et apaisée, et je me demande surtout pourquoi j’ai eu si peur de moi jusqu’à aujourd’hui.

Voilà je n’ai pas trop envie d’en raconter plus pour l’instant dans ce mail collectif, on en reparlera plus individuellement par la suite si vous en avez envie, je voulais juste que vous sachiez que je m’appelle désormais R*** (ça doit être un peu étrange à lire mais enfin c’est comme ça…) et que vous ne sautiez pas au plafond la prochaine fois qu’on se croisera, ou au moins un peu moins haut que si je n’avais rien dit.

Tout ça ne doit bien sur rien changer à nos amicales relations et je serai ravie de partager encore de bons moments avec vous, à l’occasion de votre prochain passage à Paris ou lors d’une visite expresse à *** si j’ose y affronter les regards inquisiteurs de la population locale… Quoique déclinée plus ouvertement au féminin, je reste bien la même personne que vous connaissez !!! Enfin plus ou moins…

Merci d’avance pour votre compréhension et si vous voulez en parler un peu plus avec moi, n’hésitez donc pas ! […]

Mais j’en oubliais presque de donner des nouvelles un peu plus ordinaires, pour celles et ceux à qui je n’en ai pas donné depuis longtemps… Depuis juillet, je vis comme vous le savez à Paris, je suis installée avec *** […], en collocation avec *** […]. Je travaille depuis quelques mois avec *** […] ça m’a fait grand bien de changer un peu d’air quoique j’ai beaucoup apprécié mon petit séjour à ***, grâce à vous entre autres, il était temps de voir ailleurs si j’y étais ! Et puis c’est sur que mon passage au féminin est largement plus facile à vivre ici dans la grande ville que sous les regards indiscrets […] en quête de commérages à colporter de bistrot en bistrot…

je vous embrasse, en espérant vous voir bientôt,

R***

PS j’allais oublier ma nouvelle adresse mail, plus adaptée à la situation (que vous pouvez tout de suite mettre à jour en supprimant celle-ci que j’utilisais pour la dernière fois)

Quelle idiote d’avoir eu si peur de leur annoncer tout ça ! Evidemment je n’ai récolté que des réponses généreuses et bienveillantes, avec plus ou moins de surprise selon les personnes, mais (presque) toujours beaucoup de compréhension et de pudeur.

Voilà quelques bribes de ces messages amicaux suite à l’annonce de mon passage « officiel » au féminin :

Le tout premier à me répondre m’a fait un message très touchant, simple et sincère !

« Salut R***, merci pour ton mail il nous a vraiment touché, surpris quoi que pas tant que cela nous avions bien remarqué le changement progressif que tu a as effectué, au passage, c’est je pense une bonne méthode pour te faire au changement sans que cela ne soit pas trop brutal pour tous le monde. C’est sur on essaye toujours de ce dire le regard des autres c’est pas important mais au fond de nous on ce mens un peut, enfin c’est ce que je croit. Bref tu nous a fait une belle preuve de courage, chapeau et je suis très heureux pour toi et *** au passage merci de nous avoir mis dans ta liste ça touche vraiment. Je vous embrasse a bientôt de vous revoir. Amitiés »

Ce qui ressort des messages reçus, c’est souvent que les personnes sont touchées par ma « confidence », avec plus ou moins d’enthousiasme cependant, ici beaucoup beaucoup, c’est toujours bon à prendre ! (c’est mon ancien employeur, président de l’association pour laquelle je travaillais…)

« Salut R***,

Je t’envoie juste un petit mot avant un plus grand, pour te dire que je suis très touché par ton mail et par cette nouvelle. Je suis très fier de toi et j’ai l’impression que tu te plais à fond dans ta nouvelle vie. C’est bon ça!

Je te souhaite une bonne journée mon ancienne directrice et à bientôt. Bises

Ps : bises à *** bien évidement! »

Une autre amie, un peu moins proche que d’autres, mais qui faisait partie des premières personnes qui m’ont accueillie là-bas… Malgré la surprise, sa réaction est des plus chaleureuse. Quelques personnes s’inquiètent des « railleries » auxquelles je suis supposée être confrontée, je ne leur en veux pas, mais je les ai systématiquement rassurées ! Je pense (j’espère) que leurs craintes s’évanouiront quand ils m’auront vue.

« Bonjour R***,

Pour une nouvelle c’est une nouvelle !!… Personnellement je n’y ai vu que du feu pourtant ce n’est pas faute d’avoir été alertée par quelques personnes qui trouvaient que tu changeais physiquement … Bon bref …En tout cas  bienvenue chez les filles Coline !!  C’est très courageux d’affronter les railleries qui vont surement se déchainer . L’essentiel est que tu ailles bien et que tu sois heureuse de cette transformation. Je suis au travail donc pas trop le temps de discuter mais je t’écrirai plus tard .

Je t’embrasse   et à bientôt »

Là encore, la surprise est plus que modérée de le part de cette amie. Quelques unEs ont manifesté comme elle une curiosité un peu impudique (mais compréhensible) sur « jusqu’où je suis prête à aller », et j’ai pris le parti en général de botter en touche, et de répondre que l’essentiel que je souhaitais partager est le fait que je sois socialement une femme, ce qui est déjà le cas, et que pour le reste nous verrons bien si l’occasion se présente de partager notre intimité dans de futures discussions…

« Coucou,

Bien reçu ton message, ça fait plaisir d’avoir un peu de tes nouvelles, et je suis  contente de savoir que ça se passe bien pour toi  à Paris avec *** et dans ton nouveau boulot ! Contente aussi de savoir que tu as fait un gros travail sur toi même (loin d’être évident….) que tu te sentes plus fille que garçon ne me surprend pas, et au vu de tes transformations progressives,  comme tu l’as si bien souligné dans ton mail, on ne pouvait pas ne pas voir que tu changais déjà beaucoup avant de partir de ***…c’est important pour toi d’assumer à fond ce changement et je suis ravie de voir que tu es sur le bon chemin….en informer tout le monde comme tu le fais, c’est assez courageux ! même si c’est une décision énorme à prendre, j’imagine que tu y réfléchis depuis longtemps et la question qui me vient à l’esprit, assez indiscrète, pas obligé d’y répondre, c’est jusqu’où est tu prêtE à aller ? mais dans tous les cas je ne peux que t’encourager et te soutenir dans ce que tu as décidé, il n’y a que toi qui peut savoir ce qui est bon ou pas pour toi ! on a qu’une vie  et il faut en profiter !

Sinon pour info ici tout se passe bien […] !!!

Préviens nous si vous venez dans le coin

Des bisous à vous deux et a bientôt »

…heureuse pour toi…

« Salut R***,

tout d’abord merci de ce message sincère et touchant, qui, je l’imagine, a dû être bien difficile à rédiger, et à envoyer.

Je suis touchée de recevoir ainsi de tes nouvelles. Je suppose que vivre et annoncer tout cela est le fruit d’un long cheminement. Sache que je suis heureuse pour toi, l’important étant de trouver la manière de vivre heureux, chacun à sa façon. N’aie donc aucune crainte sur notre regard (le mien et celui de *** en tout cas, je pense pouvoir inclure également sans grand risque celui de ***, de ***, de ***, de ***, de ***…). Nous serons tous ravis de te revoir en terres bretonnes (il est vrai que nos passages parisiens se font un peu plus rares depuis ***, et surtout plus remplis!).

Bonne continuation à toi!

A bientôt! »

Cet ami-ci a pris le temps d’aller chercher des informations sur les transidentités après mon message, n’ayant jamais été confronté à une telle situation autour de lui, et je constate avec plaisir qu’il a bien compris l’essentiel, c’est à dire la multiplicités des ressentis et des parcours ! C’est rassurant…

« R***, bonjour,

cette entame, résolument pour le changement, me laisse, malgré tout,il faut bien le dire, un gout étrange mais pas désagréable. Il faut le temps de s’habituer, c’est tout,tu as bien mis 30 ans toi ! »

Bon, j’espère que le ton de ton courriel reflète bien ton état d’esprit et que tu vas bien. J’espère aussi que tu es bien entourée et que ce changement de ton image se passera le plus tranquillement possible. J’ai été un peu chercher et je me suis rendu compte que la mutiplicité des changements de genre, de sexe, était beaucoup plus vaste que dans ma toute petite imagination ; je suis sur que tu touveras la place qui te convient.

En attendant de se voir à paris ou ailleur,je t’embrasse et la minette aussi. »

(Ma petite minette que j’ai abandonnée là-bas avant de déménager à Paris… je crois que tout ça lui passe un peu au dessus de la tête, même si elle a suivi de près les débuts de ma transition !)

Cette amie-là ne manifeste carrément aucune surprise, juste la confirmation qu’elle a bien pris en compte le changement de prénom et de genre… Il faut dire que j’ai fait sa connaissance assez tard dans mon séjour là-bas, et qu’elle m’a essentiellement connue déjà très féminine.

« Coucou!

Très contente d’avoir de tes nouvelles, avec plaisir pour te voir bientôt… C***.

J’avoue je suis passée rapidement à Paris sans t’appeler, traitresse que je suis… J’arrive pas à gérer le temps là-bas (j’viens de là-bas…)

Appelle moi quand tu es dans le coin

des bisous »

…bien sur que cela ne change rien…

« Salut R***

Merci pour ces petites nouvelles Parisiennes, et bien sur que cela ne change rien…je pense qu’il est important d’assumer ce que l’on est et en cela respect.

En ce qui me concerne, j’ai eu un petit coup de mou en ce début d’année, mais ca va mieux, les choses avancent. […]

A bientôt, sur *** ou Paris. »

…épanouissement…

Coucou à toi,

c’est avec un grand plaisir que nous recevons de tes nouvelles, Paris semble de toute évidence synonyme d’épanouissement tant sur le plan professionnel que personnel […] ;

il faut bien dire que ce n’est pas sans une certaine émotion que nous avons pris connaissance de ton message

nous sommes très heureux pour toi que ce changement d’air t’ait permis de franchir, de passer le pas et de vivre ce que tu souhaitais

nous sommes aussi assez admiratif (tant de femme et d’homme ne parviennent pas à le faire)

c’est donc avec joie tu l’auras compris que nous t’accueillerons à la maison en compagnie de *** lors de ton prochain passage à ***, avant pourquoi pas d’aller guincher

de notre côté nous attendons un nouvel et heureux évènement pour le mois d’août une petite fille devrait se pointer […]

nous ne savons pas quand nous allons passer à Paris mais il est sûr que nous tenterons de se voir enfin, R*** !!

il faudra nous excuser si *** sort encore de notre bouche, cela sera sans aucun doute inévitable dans les premiers temps !!

dans l’attente de te voir et revoir à *** Paris ou ailleurs on t’embrasse bien fort

…que tu sois heureuse…

« salut R***,

on vient a paris le vendredi 23 avec ***. tu serais dispo pour dejeuner avec nous, ou prendre un café ? on peut te rejoindre…

ca me ferait vraiment plaisir de te voir, même si on n’a pas bcp de temps.

Sinon, je voulais te dire combien j’admirais ton courage et ta franchise. J’imagine que tu dois te sentir soulagée. L’idée que tu sois heureuse et la seule qui compte à mes yeux. Je souhaite vraiment que nous restions ausi proches que ce que nous avons pu l’être.

Je t’embrasse fort, ainsi que ***,

à tres vite »

…à moitié surprise…

« Salut R***,

j’ai mis un peu de temps pour répondre mais y’avait l’anniversaire de *** qui m’a amené quelques jours en Provence. Je sais que les amis se sont occupés de te rassurer sur le respect que nous portons sur ta décision. Je laisse le nous pour prendre le Je. J’ai été à moitié surprise, cependant la moitié qui a été surprise a, au fur et à mesure, réalisé combien c’était pas facile de te penser au féminin. On y arrivera, tu m’aideras 😉.

Avec ***, on trouve que c’est un beau prénom que Coline.

Porte toi bien,

A très bientôt,

P.S. Entre filles, je peux te dire que les garçons… »

(les mots gentils sur mon prénom ont été nombreux, et même si ça peut paraître bête, ça m’a fait très plaisir à chaque fois, me confortant ainsi dans mon choix ! Et puis pour moi aussi, ce n’est pas si facile de m’habituer à mon nouveau prénom, être encouragée pas ce genre de petits mots m’a fait beaucoup de bien…)

…tu penses donc repasser dans le coin…

« Salut R***

Désolé pour la réponse tardive […]

Effectivement ta nouvelle va pouvoir alimenter les potins pendant au moins… un mois (un trimestre je parierais pas quand même…)

En tout cas c’est courageux de nous l’annoncer comme ça à tous mais j’imagine que ça devenait important pour toi de le faire et j’en conclue que tu penses donc repasser dans le coin un jour… ?

Compte sur nous pour préparer le terrain ! Je te propose pas une invitation à *** : j’ai bien compris que c’était un peu tôt 😉

Mais nous nous croiserons sûrement pas hasard à Paris puisque c’est notre spécialité !

A bientôt »

…pas si surprise…

Salut R***,

c’est chouette d’avoir de tes nouvelles, surtout des bonnes!

Je ne suis pas si surprise, à la différence de ***, par cette nouvelle…Et vu que je suis maintenant à ***… et bien je ne sais même pas si ça a fait le tour de ***… même si y’a des chances! Hehehe!

En tout cas je suis sincèrement ravie pour toi et saches aussi que j’ai été très touchée que tu souhaites me faire parvenir ce très beau mail que tu as écris, drôle, juste, essentiel.

Il ne me reste plus qu’a te souhaiter de ne pas trop rouler du cul, de pas faire ta crâneuse, ta bêcheuse, ta pintade, ta grognasse, ta pétasse, ta blondasse, ta conasse, ta niaise, ta radasse, ta pouffiasse, ta vieille vache..mais surtout de bien prendre soin de toi.

J’espère sincèrement te recroiser un de ces 4, sur une piste de danse, un café ou ailleurs.

Bienvenue dans la bande, bises à toi et ***, tendrement. »

…comment est ce possible d’être le même personne… (échange de mails après une première revoyure)

« ola R***

moi aussi j’étais très contente de te voir

[…] pour de premières retrouvailles je trouve qu’on s’en est bien sorties non?

ta transformation est étonnante car tu es effectivement tout à fait crédible

ce qui reste compliqué pour moi est : comment est ce possible d’être le même personne tout en vivant une transformation aussi essentielle ? »

Publicités

4 réflexions au sujet de « les joies de ma « sortie du placard » : échanges et réactions #3 »

  1. Les enquêtes de la commissaire Maigrelette (enfin, maigrelette…) Commissaire Rondouillette !
    Il n’y a qu’en Italie qu’on travaille le corail en italien et qu’on mange des piadine ; mes crêpes font cependant désordre ; je penche donc pour une zone frontalière, disons un pays du Sud, vers Menton ? Vintimille ?
    A moins que ce soit une photo au hasard trouvée sur internet…
    Aurais-tu quitté un pays du soleil ?

  2. chère inspecteuse du soir, je n’ai jamais habité dans ce charmant village de Sardaigne, mais c’est bien moi qui suis l’auteure de cette photo !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s