Zut, je suis pas une vraie trans, je suis juste un travgenre

C’est marrant de penser que la transidentité ne choisit pas ses cibles. Ça veut dire en gros qu’on peut être trans et ne rien comprendre à la transidentité. Ainsi, il existe des trans qui n’ont absolument rien compris à la différence entre sexe et genre.

On peut être trans et reproduire les pires discours de la pathologisation !

Pour ces personnes, comme la Madame Lysebeth « femme issue de la transidentité » qui doit s’ennuyer comme un rat mort sur son forum de VRAIES femmes excluant toutes les FAUSSES, et qui vient nous embêter jusqu’ici avec ses commentaires débiles voire dangereux, n’est pas une vraie femme qui veut.

Pour cette Madame, être “transsexuelle” (mot qu’elle refuse mais qui est le seul accepté sur son forum), c’est d’abord être malade. C’est à dire qu’un truc ne colle pas chez vous. Vous êtes tombée depuis toute petite dans la mauvaise marmite ! En gros vous ETES une femme née dans un corps d’homme. Heureusement la SOFECT est là pour vous sauver. Qu’importe les épreuves que vous subirez, elles ne viendront que renforcer votre conviction que vous avez été élue entre toutes d’abord par Dieu qui a fait de vous une femme (même si il s’est un peu planté dans les dosages hormonaux parce qu’il est débordé), et ensuite par la SOFECT qui vous permet de faire coller votre apparence (plus ou moins) à cette vérité divine un peu foirée. Les épreuves traversées vous donneront ensuite cette légitimité  d’objet de la science que les médecins autoriseront à témoigner pour conforter et imposer à tous ces parcours hospitaliers forcément douloureux, puisqu’il s’agit d’un mal immense, celui d’être née dans le mauvais corps !

Dire qu’on est née dans le mauvais corps, après tout, c’est un discours trans très répandu et qui ne me dérange pas plus que cela quand il se propose simplement de faire comprendre ce que l’on peut ressentir depuis longtemps.

Ce discours devient plus dangereux quand il essentialise l’être dans un genre. Vous ETES une femme, c’est votre identité profonde, essentielle, qui vous constitue.

Ce discours est à combattre franchement dès l’instant ou il proclame une vérité unique, celle de la VRAIE transidentité, opposée à toute autre. Soit vous êtes dans ce ressenti essentialiste, soit vous n’êtes “qu’un mec déguisé en femme”. Un travgenre. Beurk.

Un travgenre c’est d’abord un mec (surtout pas une femme qui est bien évidemment un être supérieur quoique infériorisé, va comprendre Charles !). Un travgenre c’est un mec qui fantasme, qui s’excite sexuellement, alors qu’une femme, elle s’en fout du sexe c’est bien connu, une femme ça ne s’excite pas. Un travgenre c’est un homme déguisé à ses heures perdues c’est un tordu qui va mettre des culottes de femme (ou de petite fille même si ça se trouve) juste pour jouir dans sa culotte. Un travgenre, c’est rien qu’un travesti, un putain de travelo, comme le préfixe l’indique, donc un être pas tout à fait humain, ni homme ni bête, en tous cas pas une femme. Un travgenre ça devrait être interdit, car ils font du tort à l’image des “vraies femme issues de la transidentité”.

Un travgenre c’est un pervers, d’ailleurs c’est vrai puisque les psys le disent. Et les psys ils savent le vrai donné par la science qu’ils possèdent et puis pas toi. Ecoutez Chiland, femme 100% bio, écoutez Madame Lysebeth, femme issue de la transidentité, elle disent tout pareil, même si elles ne seront jamais pareil ! Enfin c’est Chiland qui a commencé à parler. C’est elle qui a fait le “pitch”, la “réponse folle à une demande folle”. Quand je dis Chiland, c’est un terme générique pour désigner le courant de pensée pathologiste tellement bien de chez nous encore en 2012.

Donc un travgenre, c’est pas bien. Heureusement, il y a des lois en France pour nous protéger de ces pornographes, pédophiles en puissance, qui n’ont absolument rien à voir avec les transsexuelles, les vraies, celle qui vont “jusqu’au bout de leur rêve”, celles qui mettent leurs parties génitales en conformité d’apparence avec leur genre ressenti depuis toujours !

Moi je les plains au fond ces trans essentialistes. Ben oui c’est dur d’être née dans le mauvais corps. Car le “bon” corps, de leur point de vue, elle ne l’auront jamais. Le bon corps, le vrai corps, c’est celui qui vous permet de vous unir dans l’altérité de votre sexe avec le sexe opposé pour vous reproduire. Quel malheur ! Cela ne leur sera jamais donné. Elles auront peut-être des gros seins, mais elles n’auront jamais d’utérus ! Mais pour se consoler, elle peuvent se dire que la société dans sa grande prévoyance à prévu pour elles la stérilisation, afin que ne se reproduise pas cette erreur de la nature, cette immense douleur, la transidentité. Ça réconforte.

Publicités

7 réflexions au sujet de « Zut, je suis pas une vraie trans, je suis juste un travgenre »

  1. Ah ah, moi qui suis une vraie femme 100% bio élevée au grain sous la mère, vous voulez que je vous dise que que c’est « être femme » ? C’est se faire injurier et déshumaniser à longueur de journée, traiter de telle façon que soit on se sent toujours inférieure soit on finit par le devenir à force de petites piques sexistes continuelles, de « blagues de blondes », de vocabulaire dépréciatif, d’albums de jeunesse sexistes, de refus d’éditeurs quand on n’a pas pris la précaution d’utiliser le nom de son frère, de pubs dans le métro, d’affiches avec « le héros » au milieu et « la femme » (et l’enfant, et le monstre, et le comparse inférieur, et le black, et tout ce que vous voudrez qui n’est pas le mâle blanc WASP) derrière !
    HEUREUSEMENT que « nous les femmes », on ne se laisse pas si facilement rabougrir à ce soi-disant « être-femme » qui nous réduit à n’être qu’une conscience dominée, à porter « sans pause ni diable », comme dit Geneviève Pruvost, des enfants pour les Césars de tous les temps, sans pour autant que quiconque rende hommage à notre force physique ! Heureusement qu’on est LESBIENNES ! La lesbienne, cf. Monique Wittig, c’est l’esclave marronne, celle qui prend la fuite. Fuyons l’horrible féminité, qui n’est rien d’autre, comme l’a dit Virginie Despentes, que de la PUTASSERIE !

  2. N’oublions pas que Colette Chiland est une vraie femme issue de la transsexualité…

    Sans transsexualité, elle n’est rien… toute comme tout un tas d’autres malades issues de la certification étatique… ;o)

  3. pffffffffff ca devient lourd tout ca ! je ne comprend plus rien ! c est quoi un trav truc ? ca se resume a une operation?

  4. Hello,

    Je suis fan du titre et de l’article. Cela va de soi. On a pris le parti Maud, Arnaud et moi, de publier « le papier » que Lyz’ nous avait faut passer à Bordeaux au nom d’un certain forum. Y est bien entendu développé le concept de LGBtrav’ entre autres choses. A voir et à revoir, car il s’agit d’une belle déclinaison de certains discours de nos chers praticiens, quasiment paraphrasés (avec le fautes en plus). Intéressant à analyser. Bonne continuation 🙂

    Karine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s