Métissage des genres

Garçon manqué ou garçon efféminé ; c’est mon genre. Et nul besoin d’être trans pour affirmer une identité de genre telle que définie dans la principes de Yogyakarta « comme faisant référence à l’expérience intime et personnelle du sexe faite par chacun, qu’elle corresponde ou non au sexe assigné à la naissance, y compris une conscience personnelle du corps (qui peut impliquer, si consentie librement, une modification de l’apparence ou des fonctions corporelles par des moyens médicaux, chirurgicaux ou divers) et d’autres expressions du sexe, y compris l’habillement, le discours et les manières de se conduire » et reprise par Thomas Hammarberg dans ses recommandations sur les droits de l’homme et l’identité de genre. Et mon genre dans ce cas, je ne l’ai pas forcément choisi. Ce sont les autres qui me l’ont donné (la société, quoi) en me nommant ainsi. Car, je n’ai pas choisi d’être un garçon manqué ou un garçon efféminé. Mais j’aurai pu, si nous n’étions pas dans un système où la référence à l’homme est dominante, être ou me désigner comme une fille manquée ou une fille masculine. Je n’ai pas choisi d’être ce que je suis et pourtant, on peut me considérer comme hors norme, voire sous-humain. On peut me mettre dans des cases que je n’ai pas choisi et être considéré comme un(e) pestiféré(e). N’importe qui peut me juger de manière négative et me condamner à mort, sans aucune forme de procès. Si je suis un garçon manqué (ou femme masculine), je peux très bien être valorisé car il semblerait que les dits garçons manqués soient mieux acceptés que les garçons efféminés (ou fille manquée). Et encore…

Dans ce monde binaire strictement compartimenté, on ne laisse nulle place à un entredeux. Et pourtant, au vu de ce que le langage populaire, dont on a vu quelques exemples ci-dessus, il semblerait bien qu’il y ait (toujours ?) eu de la place pour cet entre-deux. Même, si cela n’est pas accepté par tout et par tous. Aussi, pourquoi la société ne reconnaîtrait-elle pas officiellement, en édictant des lois qui protègeraient efficacement toutes les personnes ayant une identité de genre qui ne rentrerait pas dans les cases hermétiquement fermées de la binarité sexuelle. La société reconnaît et autorise les unions mixtes donnant naissance à un métissage multicolore. Qu’en aurait-il été si nous étions encore défini en fonction de notre couleur de peau et que la mention soit marquée tant dans notre acte d’état-civil que sur notre carte d’identité ? Aurions-nous décrit les enfants issus de ce métissage de la même manière que cela fut dans les colonies du temps de l’esclavage, notamment aux Antilles ? Aurions-nous dit, en fonction de leurs couleurs, que nos enfants seraient nègre, mulâtre, métis, quarteron, mamelouque ou câpre comme on les désignait en Martinique ? Non, certes pas, et il en est bien ainsi ! Alors, pourquoi devrions-nous garder ces appellations de garçon manqué, de garçon efféminé, d’androgyne, de travesti, de travgenre, de transgenre, de transsexuel, etc. parce que certaines personnes sont à un stade particulier de transition, et si transition il y a (car une transition n’est pas obligatoire) ! Et, de là, établir un classement, une hiérarchie comme cela fut le cas en Martinique aux jours mauvais. Même, si en Martinique, il demeure toujours une sorte de hiérarchie au niveau de la couleur de peau, je souhaite qu’il n’en soit pas ainsi et que l’identité de genre accepte son métissage sans hiérarchie ni désignation discriminante. Vive les T !

Publicités

Une réflexion au sujet de « Métissage des genres »

  1. Ping : Métissage des genres | minorités sexuelles | Scoop.it

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s