pourquoi je suis trans (à grande vitesse) ?

est-ce qu’il suffit de le dire pour l’être ? (suivez le lien… merci yagg !)

une élucubration de plus de Coline, spéciale dédicace à toutes celleux qui tournent en rond à essayer de trouver qui elles sont alors que ce n’est qu’en le devenant qu’elles le sauront (je me comprends)

J’entends souvent ici et là dans le petit monde de l’autosupport trans réel ou virtuel : « voilà, je me pose des questions, je suis comme ci, je pense comme ça, je me demande si je ne suis pas trans, par hasard ? » Mais qui d’autre oserait prétendre répondre à une question aussi absurde que quelques charlatans experts en idées reçues ou pire encore ? A quel degré faut-il se mépriser pour se poser la question à soi-même comme au premier psy qui passe ?

 « On ne nait pas trans, on le devient »

Etre trans n’est pas un état, c’est un mouvement. Un mouvement vers nous même et vers les autres. Un mouvement de construction intime et sociale contre les apparences. Un mouvement de révolte contre des normes oppressantes qui voudraient nous empêcher d’exister. Seul ce mouvement est signifiant, le reste n’est rien. Etre soi-même n’existe pas, on le devient à vive allure, avant de disparaître sans crier garde dans un néant un peu angoissant (mais on l’espère très reposant).

Faudra-t-il que j’écrive mes Mémoires d’un jeune homme rangé pour que tu comprennes enfin Beauvoir ? (qui s’appelle Simone, comme ma grand mère, ouais ouais)

L’essayer c’est l’adopter !

Bref, je m’égare… Mais quelque soit la puissance magique qui nous pousse sans répit à être nous-même, seuls nos actes nous définissent aux yeux des autres comme à notre propre perception. Et j’ai donc l’impression assez amusante que la seule manière fiable de savoir si on on est trans ça reste encore de le devenir, je veux dire par là que la seule manière de savoir si on est femme (par exemple), c’est de le devenir, ce qui n’empêche pas de le contester aussitôt – et on ne sera pas la première -, mais c’est une autre histoire !

Et je te vois venir : ne me demande pas les actes authentiquement trans homologués par l’Ordre social, j’ai jeté la veille notice périmée en attendant la mise à jour qui n’arrive pas, du coup je suis un peu démunie, mais je te tiens au courant.

En conclusion, parce que toute cette démonstration laborieuse commence à m’ennuyer un peu, je ne peux donc que déduire à la vue de mon itinéraire fatal de femme© que je suis Transe à Grande Vitesse tant que le rail défile, ne me demande pas pourquoi, je peux juste essayer de te dire comment.

Publicités

Une réflexion au sujet de « pourquoi je suis trans (à grande vitesse) ? »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s