« Mariage pour tous »

700-211054-Diplôme du mariage pourri

Même si je trouve personnellement que l’homosexualité n’a strictement aucun rapport avec la « transidentité », je remarque que dans la mesure où un T et un I ont étés depuis peu accolés au LGB,  je me retrouve d’office étiquetée dans ce truc.

Et en tant que « transgenre », je me retrouverais possiblement par rebond à la même enseigne que les Gays d’un point de vue légal concernant le mariage si jamais j’avais eu le malheur d’être attirée par les mecs.

C’est pourquoi je me fends de ce petit article. (Qui est en fait trèèèès long, pardon).

***

Le 2 février 2013, la France a adopté le premier article de la loi pour le « mariage pour tous ». Cela a occasionné un certain nombre de manifestations et de réactions de la part de nombreux opposants. (Manifestations qui continuent pour que la loi soit supprimée alors qu’elle est désormais adoptée par l’Assemblée Nationale).

J’ai relevé 10 arguments récurrents des opposants à cette loi. (Le 10e est étrangement moins mis en avant, alors que c’est pourtant à mon humble avis le plus récurent de tous.)

1- Nous sommes TOUS issus d’un père et d’une mère.

2- Le mariage, ça signifie la FAMILLE et deux homos ne peuvent par essence PAS fonder de famille.

3- Marier deux personnes du même sexe est CONTRE-NATURE tout comme la PMA ! (négation d’une réalité biologique INCONTESTABLE).

4- Marier deux personnes du même sexe est MORALEMENT indéfendable.

5- L’enfant n’est pas un DROIT : Un enfant a absolument besoin d’un père et d’une mère pour s’épanouir NORMALEMENT et de façon ÉQUILIBRÉE.

6- Je ne veux pas que MES enfants soient incités à l’homosexualité par les manuels scolaires !

7- « Si on commence à marier des homos, on finira par marier des ANIMAUX ensemble », (d’après Me. Christine Boutin) ou pire : Les membres d’une même FAMILLE ! Le père et le fils !!!

8- Si on légalise le mariage pour tous, il n’y a pas de raisons qu’on ne légalise pas la polygamie ! (D’après M. Alain Soral).

9- Il n’y a pas eu de RÉFÉRENDUM ! Et c’est naturellement avant tout aux FRANÇAIS de décider de ce genre de changement qui va irrémédiablement bouleverser TOUTE la société !

10- Et (plus simplement) je suis CONTRE le mariage de deux personnes du même sexe car cela ME dérange profondément et viscéralement.

J’ai fais le choix d’énumérer les arguments les plus tangibles et d’éliminer les « bondieuseries » manifestes que n’importe quel enfant serait capable de démonter facilement. J’ai fini par comprendre que ça ne servait généralement à rien de tenter de débattre logiquement avec des religieux illuminés dont les repères sont Adam et Eve,  ou la vérité indiscutable d’un message prophétique entre autre pensées et superstitions magiques. Je laisse ça à ceux que ça amuse encore et qui en ont le temps. (Même si je tolère naturellement les gens qui ont besoin d’un dieu pour régir leur propre vie – tant qu’ils n’en font pas une loi pour régir également la vie des autres, et y compris celle des non-croyants.)

Personne ne m’a demandé mon avis à moi sur cette question du mariage pour tous. C’est très injuste dans la mesure où je subis les avis de tout le monde dès que j’allume Internet ou une télé. J’en suis fort agacée à la longue, et je vais donc m’empresser de vous infliger ma petite opinion!

Pour cela, je vais reprendre chacun des arguments que j’ai pris la peine de lister plus haut, avant de terminer par ma conclusion personnelle sur ce sujet qui me fatigue au plus haut point.

1- Nous sommes TOUS issus d’un père et d’une mère.

C’est indiscutable, même si cela n’a strictement aucun rapport avec le mariage, et que cela est donc complètement hors sujet.

Car nous étions déjà tous issus d’un père et d’une mère bien avant que l’idée même de mariage ne soit inventée par les prêtres ou la législation. C’était déjà le cas à la préhistoire, et même un peu avant, du temps ou nous mangions encore des bananes dans les arbres. C’est la société et la culture qui nous ont apporté le concept du mariage, et qui l’ont rendue indissociable de la reproduction et de l’idée de famille d’un point de vue purement moral et culturel. Ce prétendu argument qu’on voit sur les banderoles n’a donc strictement rien à voir avec le concept de mariage. Donc déjà, ça, ça dégage.

 

2- Le mariage, ça signifie la FAMILLE. Et deux homos ne peuvent par essence PAS fonder de famille.

C’est tout à fait exact. Et deux gays ou deux lesbiennes ne pouvaient par essence pas fonder de famille PRÉCISÉMENT parce que  la loi le leur avait interdit jusqu’ici, sinon, ça serait fait depuis longtemps. Mais à présent que le mariage est accessible à tous, rien ne les empêche plus de fonder une famille, à condition qu’on légalise également la PMA  et l’adoption d’enfants (pour celles et ceux qui n’en ont pas déjà). Cet « argument » va donc très possiblement devenir aussi faux que les autres dans le futur, et il ne reposait que sur la supposition qu’une situation d’injustice légale subie depuis toujours détermine l’essence et la normalité des choses.

 

3- Marier deux personnes du même sexe est CONTRE-NATURE tout comme la PMA ! (Négation d’une réalité biologique INCONTESTABLE).

La nature est toujours un argument SUPER pratique et intéressant, car elle est tellement variée et diverse que l’on peut toujours arriver à lui faire dire à peu près ce qu’on veut. L’homosexualité est observée chez nombre d’espèces animales dans la nature, ainsi que la masturbation, l’hermaphrodisme, l’infanticide, le parricide, l’inceste…

Et si jamais on s’amuse à regarder les végétaux (qui sont globalement la forme de vie DOMINANTE sur notre planète après les insectes), ça devient vite de la folie car on observe chez eux des modes de reproduction et une diversité des genres « sexués » encore plus variable et complexe.

Je ne vais pas jouer à lister tout ça auprès de gens qui (de toute façon) ne verront assurément que ce qu’ils ont décidé de voir. Mais l’homosexualité et la diversité des genre sexués est indéniablement présente dans la nature que ça nous plaise ou non.

Je veux bien – à la rigueur – me cantonner aux animaux les plus évolués pour faire le lien plus tangible entre l’humanité et la « nature », faute de quoi, je pourrai même expliquer qu’attaquer ses gosses (ex : lions), décapiter son partenaire après l’accouplement (mantes) ou le bouffer (araignées) peut être parfaitement observé comme comportement au sein de la « nature » dont il faudrait peut être s’inspirer?

Donc si on se réfère précisément aux comportements sociaux des grands singes, et des mammifères les plus évolués, (dont nous descendons le plus directement), on constate que les rapports homosexuels sont encore plus présents qu’ailleurs.

On constate aussi que bien souvent, les jeunes primates (abandonnés ou orphelins) sont adoptés, élevés, et socialisés par la communauté, qui n’est donc pas forcément constitué des deux parents biologiques.

Et pour aller plus loin sur cette histoire de trucs « naturels » et « pas naturels », je ferai remarquer que la médecine et la technologie en général, sont parfaitement « contre nature », et ce, quelle que soient les étiques qui les utilisent. (Et ça aussi c’est une réalité biologique incontestable : les chimpanzés les plus évolués de la terre n’ont jamais construit d’ordinateurs et n’ont pas recours à la péridurale pendant leurs accouchements : Ce n’est donc pas « naturel »).

Concernant la PMA, je mentionnerai bien volontiers le mode de reproduction de certaines fleurs, qui nécessite pour leur survie une exclusive pollinisation par les insectes. (Ce qui revient donc très exactement à une reproduction assistée « naturelle »). Mais comme les fleurs ne sont pas des grands singes, tout ça ne compte pas vraiment bien sur…

Il me semble donc, aux vues de ces constatations, que jouer à brandir « la nature » pour définir et déterminer ce que devraient être ou non NOS comportements est systématiquement très bancal. Et ce, quel que soit la position que l’on essaye de défendre. Car à moins de vivre à poil dans la forêt, sans vaccins ni assistance médicale lors des accouchements, et de crever à 25 ans du 1er virus qui traîne comme au « bon vieux temps », il me semble compliqué d’être vraiment cohérents avec l’idée de « nature » et de « réalité biologique incontestable ». Sans doute parce que l’humanité toute entière est justement un mouvement qui n’a eu de cesse que de chercher à s’éloigner de la nature pour se libérer de ses contraintes, (voire même de SA nature qui plus est) – jusqu’à justement décréter sans plus pouffer de rire que deux spécimens humains ne pouvaient dorénavant se reproduire en toute bienséance que dans les liens sacrés d’un mariage par exemple.

 

4- Marier deux personnes du même sexe est MORALEMENT indéfendable.

Tout comme marier une personne de 18 ans à une personne de 70ans d’ailleurs, mais j’imagine qu’il faudrait commencer à légiférer sur ces unions scandaleuses ? Car nombre de mariages totalement IMMORAUX sont aujourd’hui pourtant parfaitement légaux et célébrés quotidiennement sans que cela n’engendre aucune manifestation indignée.

Certains feront remarquer que la morale est relative à la culture. Dans certains pays, (effectivement) il est parfaitement moral et normal de marier une fillette de 12 ans avec un homme qui en a 30. Ou d’envoyer les bambins travailler à l’usine. De violer une femme impunément. Légiférer et opprimer au nom d’une divinité… Nous ne faisons d’interventions « morales » dans ces pays que si il y a un petit profit à la clé, auquel cas le « droit d’ingérence » se transforme soudain en « droits de l’homme ». C’est marrant comme la moralité occidentale est justement évolutive selon le profit personnel qu’il y a à faire ou non…

La culture française ayant indéniablement évolué durant le siècle dernier, il est peut être grand temps que la loi (et la morale attenante) évoluent de concert, afin de ne pas se retrouver complètement en décalage avec la réalité sociale tangible des gens ? Certes, cela sera probablement long et difficile à accepter pour les personnes restées bloquées à une époque antérieure, sur des idées et des principes d’autres temps, et dans certains milieux. (Ou aux personnes désireuses d’importer et imposer leur propre identité culturelle religieuse, morale et communautaire dans un pays aux mœurs différentes, au lieu de tenter de s’adapter aux lois et à la culture dudit pays.)

Je ferai remarquer que ces personnes qui manifestent encore dans les rues (bien que faisant incontestablement partie de la société) ne sont finalement PAS PLUS représentatives de la société que ceux contre lesquels ils se dressent si farouchement.

Par contre, dans la mesure où ils refusent délibérément de simplement constater et reconnaître l’évidente évolution sociale du pays au nom de leurs propres valeurs aveuglantes, il me semble que ce sont EUX qui se retrouvent finalement inadaptés, avec des comportements typiques d’indépendantistes communautaires en décalage TOTAL avec la réalité.

 

5- L’enfant n’est pas un DROIT : Un enfant a nécessairement besoin d’un père et d’une mère pour s’épanouir NORMALEMENT et de façon ÉQUILIBRÉE.

Je me pose souvent la question de la définition de l’enfant ? Ici, nous avons l’affirmation de ce qu’il n’est pas. Alors bien sur c’est bien joli de faire des phrases, et de les écrire sur des banderoles, mais ça veut dire quoi ? C’est quoi la définition de l’enfant ? Un devoir ? Une chance ? Un malheur ? Une ressource ?

Je trouve très intéressant (et paradoxal) de lire et d’entendre que l’enfant n’est pas un droit dans la mesure où l’enfant ouvre justement en France nombre de droits sociaux et fiscaux aux parents qui l’engendrent. (Tout comme le mariage). Ainsi qu’une distribution d’allocations prélevées à la communauté toute entière, y compris des homos. (Homos qui n’ont – de fait – aucun retour et passent leur vie à « financer » les enfants des autres).

Allocations « d’encouragement et de soutien » versées lorsque deux parents qui n’ont manifestement pas les ressources suffisantes pour faire un gamin décident malgré tout d’engendrer un énième chômeur au nom de je ne sais quoi. (La « nature » certainement – car ça ne peut décemment pas être au nom de la logique ou du bien de l’enfant).

Il me semble d’ailleurs que dans la mesure où l’enfant est une entité tellement « sacrée », il devrait être interdit au mâle et à la femelle qui l’ont engendré de se séparer. Le divorce me semble donc être une loi tout aussi contre nature que le « mariage pour tous », puisque ce sont les enfants qui trinquent, et qu’ils ont (parait il) ABSOLUMENT besoin d’être élevés dans les meilleures conditions qui soient, par un papa et une maman qui s’aiment, sans quoi ils deviendraient assurément fous ?

De plus, il est très important de souligner que ce n’est jamais facile d’être l’enfant d’un couple d’homos ! Imaginez un peu le jugement des autres, les quolibets à l’école, et la souffrance qui découle de se ressentir fondamentalement anormal ? Ce n’est pas une vie pour un enfant !

Alors bien sur, il pourrait être intéressant de faire remarquer que ces jugements, ces quolibets, ces moqueries et ce sentiment d’anormalité ne sont précisément relayés QUE par les gens qui ont justement un problème avec le concept de famille homo-parentale. Et qu’à partir de là, ce sont précisément CES personnes qui sont les SEULS et uniques facteurs de souffrance des enfants en question, tout en prétendant la dénoncer. (Mais mieux vaut les laisser continuer à croire qu’ils œuvrent pour le bien des petits enfants, en entretenant la haine et l’oppression sur la différence de leurs parents.)

 

6- Je ne veux pas que MES enfants soient incités à l’homosexualité par les manuels scolaires !

Car il est bien entendu évident que les manuels INCITERONT fortement les petits enfants et les ados à l’homosexualité du simple fait qu’il y sera inscrit que cette possibilité existe. Nos enfants sont forcément stupides : Ils deviendront automatiquement hétéros, gays ou trans parce que le terme et le concept est mentionné dans un livre, et non parce qu’ils se reconnaîtront intimement dans ces identité. D’ailleurs, toutes les personnes hétéros risquent de devenir soudainement homosexuelles depuis l’adoption de cette loi, et c’est justement sans doute pour ça qu’ils défilent dans la rue : ça commence à les travailler au niveau du slip j’imagine. QUE FAIT LA POLICE ?

Notons au passage qu’il suffirait de supprimer l’homosexualité et la théorie des genres des manuels scolaires pour les LGBTI soient également miraculeusement effacés de la réalité! (Hop, pensée magique!)

Les manuels scolaires n’ont pour fonction que d’essayer d’informer et d’apprendre la notion du respect de l’autre aux enfants. Vouloir préserver à tout prix la combinaison [ignorance + intolérance] en lieu et place de la combinaison [connaissance + tolérance] me parait aussi débile que ceux qui le proposent.

7- Si on commence à marier des homos, on finira par marier des ANIMAUX ensemble, (d’après Me. Christine Boutin) ou pire : Les membres d’une même FAMILLE !

Christine Boutin souligne avec brio à quel point ça va vraiment finir par devenir n’importe quoi l’institution sacrée du mariage. Bon, alors évidemment, certains rétorqueront (avec une certaine mesquinerie) que Me. Boutin s’est mariée à son propre cousin. Alors que normalement elle n’avait pas trop le droit, et que c’est pas très catholique tout ça.

Mais bon vous comprenez bien que pour elle, c’était bien sur différent. Eh oui ! C’est pourquoi notre bon clergé lui a probablement accordé une petite dérogation spéciale rien que pour elle, en remerciement de l’énorme service qu’elle rend à notre chère nation…

Qu’elle ne soit pas capable elle-même d’appliquer dans sa propre vie privée les principes DE BASE qu’elle veut absolument imposer dans la vie intime des autres n’est qu’un détail apparemment. Ce qui compte vraiment, c’est qu’elle incarne à elle seule tout le crédit de la moralité et de la religion pour légiférer sur le droit des français à disposer (ou non) de leur propres culs. En brandissant (s’il vous plait!) une bible dans notre Assemblée Nationale prétendument laïque, et ce, alors qu’elle a elle même engendré plus ou moins secrètement des enfants congénitaux avec un membre de sa propre famille.

Tout ça est manifestement très sain et d’une logique implacable !

 

8- Si on légalise le mariage pour tous, il n’y a pas de raisons qu’on ne légalise pas aussi la polygamie. (D’après M. Alain Soral).

Je pense que M. Soral a démontré dans cette phrase toute la tolérance et l’ouverture d’esprit dont il est secrètement capable de faire preuve. Et pour cela il mérite un gros bisou.

Il a d’ailleurs précisé qu’il avait apparemment plusieurs propositions d’admiratrices désireuses de devenir ses prochaines épouses secondaires, donc il me semblerait tout à fait naturel qu’il ait légalement le droit de les épouser en France. Je n’y vois personnellement rien de choquant.

Tout comme il me semblerait parfaitement naturel que la femme de M. Soral puisse bien évidemment en retour devenir polyandre, et épouser tous les messieurs qui lui plaisent, et consommer autant de mariages qu’elle veut, sans modération. Il y a fort à parier que ça leur ferait d’ailleurs réciproquement le plus grand bien de pouvoir varier les partenaires de façon bien assumée et en toute légalité.

La polygamie me semble donc être une loi tout à fait acceptable, à condition qu’elle ne soit pas à sens unique et qu’on la considère de façon cohérente : C’est-à-dire vraiment pour tous mais naturellement AUSSI pour TOUTES, c’est à dire accompagnée de la légalisation logique de la polyandrie).

 

9- Il n’y a pas eu de RÉFÉRENDUM ! C’est aux FRANÇAIS de décider de ce genre de changement qui va irrémédiablement bouleverser TOUTE la société !

Je crois effectivement qu’un référendum est nécessaire pour toutes les questions de société de cette ampleur !

Il m’aurait par exemple paru très très trèèès intelligent que les français soient consultés  le 27 avril 1848, lorsque le gouvernement (PROVISOIRE en plus !!!) de la deuxième république a décrété arbitrairement l’abolition de l’esclavage en France, alors que cela allait RUINER irrémédiablement nombre d’influents industriels et de bourgeois qui auraient certainement bien aimé s’exprimer là dessus ! Si les français (tellement pleins de bon sens) avaient eu leur mot à dire à ce moment là, il est certain que les choses ne se seraient peut être pas passées comme ça.

C’est pourquoi je pense que concernant le mariage pour tous, il serait normal de faire entièrement confiance à la grande intelligence du peuple français et à l’immense sagesse de nos compatriotes zélés, qui (bien cachés derrière le très pratique anonymat d’un vote secret) s’exprimeraient certainement volontiers à cœur ouvert sur le retour au droit gratuit d’opprimer le voisin.

Mais dans la mesure où le sujet serait la remise en question du « mariage de tous », il serait donc parfaitement naturel de réellement aborder la rectification du mariage POUR TOUS les français précisément, non ?

– Doit on laisser le droit de se marier à deux personnes de même sexe ?

Certes, c’est une chose. Mais en tant que « bon français » pensez vous également en votre for intérieur qu’on doive :

– laisser le droit de se marier à deux personnes incapables d’enfanter ?

– laisser le droit de se marier à deux personnes ayant plus de 25 ans d’écart ?

– laisser le droit de se marier aux handicapés ?

– laisser le droit de se marier aux pauvres ?

– laisser le droit de se marier aux moches?

– laisser le droit de se marier aux alcooliques et aux drogués?

– laisser le droit de se marier aux personnes ayant un casier judiciaire ?

– laisser le droit de se marier aux femmes qui ne sont plus vierges ?

– laisser le droit de se marier en France aux personnes de nationalité étrangère ?

– laisser le droit de se marier aux personnes de couleur ?

– laisser le droit de se marier aux juifs et aux musulmans ?

– laisser le droit de se marier aux hétéros ?

… etc.

(T’inquiètes, je vais t’en « proposer », moi, des référendums!)

Il y aurait PLEIN de sujets de société à aborder lors de cette révision globale du mariage de tous, et il est certain que les résultats d’un tel référendum seraient très intéressants à lire étant donné la diversité d’identités socioculturelles dont s’enorgueillit si souvent notre si beau pays. (Les réponses fleureraient bon la sagesse populaire à n’en point douter !) Et ça serait une bonne bouffée d’ « humanité » qui réchaufferaient surement le cœur de chacun !

Et ça serait même encore plus intéressant d’essayer d’ensuite APPLIQUER ces résultats! (Au nom du sacrosaint principe« démocratique » bien sur).

 

10- Je suis CONTRE le mariage de deux personnes du même sexe car cela ME dérange profondément et viscéralement.

Si une personne se trouve dégoûtée par l’idée de se marier avec une personne du même sexe, je lui conseille vivement de plutôt se marier avec une personne du sexe opposé. Car cela ne changera du coup strictement plus rien pour elle au final. (J’informe ceux à qui ça aurait échappé que le mariage hétéro reste justement inclus dans le mariage pour tous !)

Seulement la voila la seule VRAIE raison dont découlent toutes les autres : La petite haine sourde qui murmure dans les têtes, la vexation minable de voir une caste « d’anormaux inférieurs » accéder soudain aux mêmes droits que ceux des gens « normaux bien comme il faut ».

Que les « tolérés » accèdent aux droits des (prétendus) « tolérants ». Parce que finalement c’est bel et bien CA l’unique chose qui va changer pour eux en fait : Il devient plus difficile d’opprimer des gens dont les droits seront sensiblement les mêmes !

La peur de voir l’inférieur arriver à égalité. Parce que les voir soudain a égalité, ça donne l’impression « d’être rattrapés » et donc l’impression de perdre du terrain. Mais c’est faux. Il n’y a RIEN de perdu. Ce gâteau là, contrairement aux autres, il y en a pour tout le monde! Vous avez l’impression que vous allez en manquer parce que vous êtes habitués à ce qu’on ne vous le distribue qu’à vous… Mais il y en a une part pour chacun et chacune pourtant. (A moins qu’on ne puisse un jour devenir « plus égal » qu’un autre…)

***

Mon avis sur tout ce cirque ?

A titre strictement personnel, je trouve que ce sont les idées mêmes du mariage et de la fidélité qui sont « contre natures », ainsi que de continuer à dangereusement proliférer alors qu’on en a déjà 9 milliards d’humains sur Terre. La planète étouffe au sens propre, et on court à un désastre écologique sans précédent. (La plupart des scientifiques prédisent que l’humanité risque immanquablement de disparaitre définitivement si les naissances ne sont pas rapidement limitées).

Pourtant, je pense que les LGBTI doivent – comme n’importe qui – avoir le droit de choisir de ne PAS se marier. Et pour ça il faut au départ qu’ils et elles en aient la possibilité. Il me parait également primordial de leur reconnaitre le droit d’élever (aussi mal que n’importe que hétéro de base) leurs propres enfants, ou des enfants adoptés, ou obtenus par PMA. Le droit de contribuer pleinement au désastre planétaire ne doit pas rester le privilège de certains, qui s’auto-proclament « normaux », et qui défilent dans les rues au nom de leurs convictions et de leurs minuscules avis que personne ne leur demande. (Le « niveau » des griefs consterne immanquablement lorsqu’on perd le temps nécessaire pour y prêter attention : En effet: Si vous voulez lire certains de ces avis énoncés librement, beaucoup sont justement listés sur cette page.)

Ne perdez pas de vue qu’il y a même pas 1 siècle de ça, la plupart des parents des auteurs de ces posts incroyablement haineux, étaient globalement (de part leur origines), dans la même situation sociale & légale que celles et ceux sur lesquels ils crachent ouvertement et délibérément aujourd’hui. Alors qu’ils devraient se considérer comme frères et sœurs de souffrance, puisqu’ils sont exactement au même emplacement social – c’est à dire tout à la base de la pyramide.

Ce qu’il ne faut pas oublier non plus, c’est qu’on peut bien sur légiférer sur beaucoup de choses, mais pas sur la tolérance malheureusement… La tolérance ne s’impose pas au gens en faisant simplement des lois – elle se gagne. Elle se mérite. Elle se cultive ; et il me semble personnellement que certaines personnes sont indéniablement plus méritantes que d’autres dans leurs démonstrations de « civisme ». (Alors que d’autres me semblent très largement mériter la haine dont ils écopent mathématiquement en retour de leurs incessantes incivilités) – Mais je vous laisse naturellement en juger par vous même en parcourant ce petit lien.

C’est un peu tristounet d’observer ces minorités qui s’imaginent naïvement être suffisamment « tolérées » pour tenir des discours de juges offusqués, alors qu’ils étaient hier encore précisément dans le box de ceux qu’ils se croient aujourd’hui en position de condamner ! (Et qu’ils y sont toujours bien qu’ils supposent incompréhensiblement être ailleurs – tout comme moi – et tout comme vous).

D’après mon expérience intime, les homos, lesbiennes, et trans me semblent tout aussi faillibles insupportables et irresponsables que n’importe quel autre humain de base. Pas pires, mais certainement pas meilleurs non plus. Et c’est donc à ce titre, qu’il me parait indispensable qu’ils et elles se retrouvent à la même enseigne et avec le mêmes droits que le reste ! (Même si d’après moi cela n’a pas vraiment de sens de vouloir absolument bouffer la même merde que le voisin, mais bon…)

Je confesse également espérer que cette loi subsiste et se renforce, juste pour pouvoir bien jouir du profond ridicule des auteurs des tweets répertoriés sur le lien plus haut. Qui loin de nous faire l’immense plaisir de quitter le pays une bonne fois pour toutes (comme ils le promettent si souvent et si fallacieusement dans leurs laborieuses indignations), vont bien entendu rester en France pour continuer d’y être subis par tous.

Et je suis par contre bien certaine qu’eux ne manqueront jamais une seule occasion de s’énerver, d’insulter, ou de pleurnicher devant une inégalité de droits dont ils seraient victimes. (Ou devant « l’incompréhensible intolérance » dont ils sont si souvent l’objet – allez savoir pourquoi…)

Cette ambiance haineuse, teintée d’ignorance et de stupidité (et mêlée de cette si amusante pointe d’illettrisme dont sont coutumiers certaines des castes les plus pittoresques de notre société) devient assez insupportable et irrespirable pour moi. Je n’en peux plus de devoir supporter ce ramassis d’abrutis sur mes écrans d’ordi ou de télé.

Ces petits groupuscules agglomérés en rassurantes communautés dont chacune se suppose plus légitime que toutes les autres réunies, bien rangés en rang, par couleurs, par religions, par superstitions, par cultures, par sexualités… Dans des boites en formes de pays… Et qui s’insultent ouvertement, s’oppriment et se tabassent à longueur de temps – à tenter indéfiniment de s’écraser les uns les autres par manipulations, persuadés que leur insignifiant avis est le seul qui prévaut sur celui du reste du monde!

…Tout ça au lieu d’essayer de vivre ensemble et d’évoluer vers quelque chose de plus beau, de plus logique, et de meilleur.

Ma conclusion, c’est que l’humanité telle que je la subis en ce moment ne mérite (certes) pas vraiment de vie meilleure, (ni moi d’ailleurs – je ne m’exclus pas de ce triste constat.) Mais cela ne doit pas nous empêcher d’essayer de rester (ou de devenir) « justes » et « cohérents » autant que possible. Bien sur, j’ai très souvent honte d’être humaine. Particulièrement en ce moment, quand je vois les épuisants et pénibles comportements de certains.

Et c’est pourquoi je me suis permise de me délester un peu de mon très vif agacement de tout cela en vous infligeant ces interminables lignes.

Merci de les avoir lues, je vous donne mon bonsoir.

Publicités

12 réflexions au sujet de « « Mariage pour tous » »

  1. Misantrope mais pas trop ! J’aime, même si ça « rentre dedans » certains de MES comportements, comme l’envie de bouffer la même merde que les autres… j’ai toujours aimé m’abreuver à la norme ! C’est mon truc !
    Bisous (et ravie de te revoir ici, nous livrer cette perle)

  2. Oui, bon, à quelques nuances près quand même, dire que l’on descend des grands singes ou sous-entendre que nos ancêtres étaient des singes est un peu caricatural : nous sommes deux branches différentes de primates.
    Sinon peut-être que je manque d’humour mais je ne comprends pas, après un argumentaire constructif, ce déferlement de haine en conclusion, faisant de tous ceux qui font des enfants de dangereux salopards irresponsables… ce genre de postulats de plus en plus fréquents me semble totalement erroné et symptomatique d’une logique écologiste extrémiste poussée à l’extrême, ce dont témoigne la phrase « à moins d’une bonne guerre ou d’une bonne catastrophe »… je lisais une fois quelqu’un dire « on n’a qu’à arrêter de soigner les malades ». Mouais, enfin, pour moi, la cause humaine reste la priorité, la cause écologiste en fait partie, pas l’inverse. Mais bon, peut-être suis-je très nul en second degré…

    • Hello Louis, et merci pour votre commentaire. 😉
      Vous savez, ce que j’ai écrit n’est modestement que mon minuscule avis personnel. Je ne pense pas que votre réaction soit spécialement liée à une carence d’humour ou de 2e degré – il me semble qu’elle indique juste que vous avez probablement des enfants, et que comme chacun d’entre nous, voir nos choix de vie remis en question par quelqu’un (considéré comme illégitime pour le faire) provoque la réaction de défense que vous venez d’avoir. C’est humain. Mais dans la mesure où la cause humaine a d’après vous la priorité absolue devant tout le reste, nous perdrions sans doute notre temps à tenter de débattre constructivement – étant donné que je ne partage pas cette base de logique selon laquelle l’humanité serait absolument prioritaire sur tout le reste de l’univers. 😀

      Edit : J’ai pris en considération votre constructive remarque en édulcorant quelque peu la fin de mon texte, car vous n’êtes pas le seul à m’avoir fait observer qu’un changement de ton dans l’argumentaire pouvait être perçu bizarrement par les lecteurs qui n’ont pas l’habitude de mes petits coups de gueule. 😉

      Bonne journée et bonne continuation Louis !

  3. Génial cet article. Je suis professeur , en salle des profs nous aimons discuter. J’ai toujours été à fond pour « le mariage pour tous » mais je n’avais pas beaucoup d’arguments. Moi j’aimais bien le côté laïque de la réforme. Maintenant que j’ai découvert ce site et votre plume, je vais y jeter un petit coup d’oeil de temps en temps pour m’instruire et mieux comprendre le monde qui m’entoure. Big bisous.

    • Merci beaucoup pour la gentillesse encourageante de votre petit mot !
      Très bonne soirée à vous! 😉
      Big bisous également.

  4. J’ai beaucoup aimé votre article et encore plus votre déclaration liminaire : « l’homosexualité n’a strictement aucun rapport avec la « transidentité » ».
    Je n’y avais jamais pensé et ça me semble pourtant très juste, presque évident.
    Si les demandes sont permises, j’ai hâte de lire un article de votre part sur ce sujet…

    • Merci c’est gentil! 🙂
      Quand j’écris que l’homosexualité n’a strictement aucun rapport avec la transidentité, je précise bien que c’est juste un ressenti absolument personnel… Je ne suis pas certaine que je soit capable d’écrire un article pertinent sur ça, car il faudrait que je soutienne également la possibilité de l’antithèse qui me parait parfaitement envisageable pour d’autres, sauf que ça ne correspond pas à ma propre conception des choses.

      Ce qui peut s’avérer gênant, c’est que cette confusion LGB=TI soit faite par le plus grand nombre. Y compris légalement et politiquement.
      Mais quand j’y réfléchis, l’idée « ‘d’homosexualité » ou « d’hétérosexualité » perd tout son sens et toute sa substance à partir du moment où on la confronte à des personnes avec des sexes et des genres délibérément modifiés, voire indéterminés ou indéterminables. (Trans & Intersexes).

      Homo ou hétéro ne veut plus dire grand chose quand on dépasse la notion de sexe justement – puisque la « référence » pour s’étiqueter dans l’une ou l’autre de ces prétendues « catégories de sexualité » est la comparaison du sexe présumé de son (ou de sa) partenaire par rapport à son sexe (présumé toujours) à soi. 🙂 Et quand cette donnée sort des deux seules cases préétablies, le résultat de l’étiquetage dans une des deux seules cases de sexualité prévues* me semble parfaitement compromis et systématiquement incohérent par rebond.

      (Ex: Des personnes trans « MtF » avaient déjà la possibilité d’un mariage lesbien parfaitement légal avant même la loi Taubira. 🙂 Genre : « Mais non j’suis pas un « pd » puisque je suis une « lesbienne » DONC légalement « hétéro »! »… Bref ; l’accumulation des singularités de chacun(e) peut vite amener à d’amusants paradoxes.)

      Je crois que l’ensemble de ces termes et de ces concepts n’ont pour fonction que de catégoriser, et donc diviser, au delà du sois disant « repère » qu’il est sensé nous offrir. (Ou plus exactement nous imposer non pas comme un choix mais comme une « barrière »). Bon allez, je vais m’arrêter sinon je vais finir par l’écrire ici cet article… 😀

      Bonne journée.

      *(Hypocritement 3 avec l’inénarrable « BI » qui finalement est un concept fourre-tout qui me parait légalement aussi paradoxal, obscur, infiniment indéfini et ingérable que « Trans » ou « Intersexe ».)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s